Rencontre avec Florian P., chanteur et apprenti juriste

Florian Pitot est étudiant à l’Université du Maine. En droit. En première année.

Il découvre donc les matières juridiques et n’est pas encore considéré comme un juriste confirmé – ce qu’il deviendra surement … ou peut-être car il est déjà confirmé dans un autre domaine : la musique et même le chant.

Lorsqu’on lui demande alors « pourquoi le Droit« , il répond que telle une luciole il a été attiré par ses « lumières » et quelques valeurs mêmes comme celle de « l’écoute des autres » et « la volonté de les aider » et plus prosaïquement peut-être pour devenir, pourquoi pas plus tard, créateur d’une future « entreprise ».

Florian baigne dans la musique depuis toujours ou presque. A neuf ans seulement il donnait son premier concert en suivant et participant aux cours d’une Ecole de musique. Il est d’ailleurs, comme il le souligne, venu au chant après la musique et c’est d’abord le piano qui l’a attiré à lui. A quatorze ans, il avait déjà formé – autour de lui – son premier « groupe » avec déjà l’envie de partager, d’aider, d »écouter et de vivre ensemble. Mais, les mois passants, il se rendit compte qu’il ne lui serait pas désagréable de tenter – lui aussi – de chanter au devant de la scène plutôt que d’être seulement un accompagnateur ou dans les chœurs. A dix-sept ans, il forme un nouveau groupe où il assume alors cette envie de chanter « au principal ». Actuellement, c’est même un troisième groupe qu’il conduit avec ses amis du Grey Beluga.


Florian participe cette année aux 24 heures du Droit pour la première fois et – concrètement – va contribuer au colloque dans sa partie relative aux chansons françaises. C’est en effet lui qui va clôturer la matinée des travaux en offrant quelques chansons (françaises forcément !) au public et notamment un hommage à la « marraine » du jour : Francesca Solleville. Il sera accompagné pour ce faire par le groupe des Hopeful Travelers qui l’ont accueilli parmi eux ce qui est là l’esprit même de nos 24 heures du Droit : faire participer de la première année de Droit à l’agrégation toute la communauté des juristes (et juristes en devenir) qui le désirent et ce, autour d’un projet commun.

Les « 24″ rassemblent et Florian en est l’incarnation cette année.

Les répétitions pour le jour J s’achèvent bientôt et manifestement tout s’est bien passé. Florian confie même s’être senti de suite « comme à la maison » grâce au bel accueil que les Hopeful Travelers lui ont matérialisé (Merci Bob Dodsworth !). Dès le premier contact, tout s’est apparemment bien passé ce que chacun pourra vérifier le 03 avril prochain !

Et lorsqu’on demande à Florian quels sont ses rêves d’avenir, il confirme ce que chacun imagine : il n’a pas encore choisi entre Droit & Musique mais si la musique venait à lui prendre tout son temps (avec de quoi vivre au passage), il ne le lui refuserait pas !

Déjà les projets se bousculent dans sa tête : apprendre – toujours apprendre – et découvrir de nouveaux instruments (et de nouvelles clefs !), être reconnu pour ses talents (qu’il a plus que manifestement) et pourquoi pas mener une double vie juridico-musicale ou plus exactement musico-juridique.

En tout cas, le costume juridique lui va déjà majestueusement.

Florian était fait pour rejoindre les 24 heures du Droit et elles sont heureuses de l’avoir rencontré – presque par hasard entre un cours de droit constitutionnel et un réseau social.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *